Arrêté du 27/12/2018 : adieu les nuisances lumineuses, bonjour 2020


Nos actualités / mardi, janvier 7th, 2020

En 2020 on dit stop aux nuisances lumineuses ! Qui dit nouvelle année, dit nouvelles normes. Et pour l’éclairage extérieur, c’est l’arrêté du 27 décembre 2018 qui entre en vigueur. En effet, depuis mercredi 1er Janvier 2020, toute installation d’équipement lumineux doit prendre en compte cette mesure.

Cet arrêté fait suite à celui de 2013, qui exige une extinction des éclairages des bâtiments non résidentiels une heure après la fin de l’occupation ; des façades de bâtiments à une heure du matin ; et un rallumage des vitrines de magasins qu’à partir de sept heures du matin.

L’objectif de ces remises en question est d’améliorer notre quotidien ainsi que celui de la biodiversité, indispensable pour notre survie. On vous explique.

Un arrêté, trois éléments techniques

La norme est progressive ! Elle s’applique à tout nouvel équipement installé depuis le 1er janvier 2020 en France. Mais l’objectif n’est pas de changer l’ensemble des luminaires existants. La régulation s’effectuera au fur et à mesure avec le remplacement du matériel non conforme et très énergivore.

Maîtriser le flux lumineux

Premier point, il est désormais interdit d’envoyer de la lumière vers le ciel. L’arrêté exige que sur les nouvelles installations de lampadaires l’ULR (Upward Light Ratio) soit inférieur à 1%. C’est-à-dire que le flux lumineux ne doit pas dépasser la ligne horizontale du luminaire LED.

arrete-fonroche-eclairage-pollution-lumineuse-solaire
Limiter la pollution lumineuse

Cette mesure a pour objectif de ne pas éblouir les habitations privées et de limiter la pollution lumineuse, notamment dans les métropoles.

Respecter les seuils de températures de couleur

Le Kelvin, ça vous parle ? C’est l’unité de mesure de la température de couleur d’une lumière. Plus le nombre de degrés est faible, plus la couleur est chaude.

arrete-nuisances-lumineuses-fonroche-eclairage-solaire
Les seuils de températures de couleur, en Kelvin

L’arrêté du 27 décembre 2018 demande à ce que les équipements lumineux ne dépassent pas 3000 Kelvin pour un meilleur confort visuel. Ce qui correspond à une lumière blanche chaude utilisée habituellement pour des ampoules domestiques.

Au-dessus de ce seuil, la lumière est équivalente à celle du jour, perturbant le cycle de vie de la biodiversité. En effet, selon le Ministère de la Transition Ecologique et Solidaire, les insectes pollinisateurs ont réduit de 62% leurs visites nocturnes dans les zones trop éclairées.

Allumer quand il est nécessaire

Allumer pour assurer une sécurité optimale oui, mais consommer de l’énergie toute la nuit non. La mesure entrée en vigueur demande à ce que l’éclairage soit « SMART ». Par exemple, il n’est pas nécessaire d’éclairer un parking d’hypermarché à pleine puissance toute la nuit. Les acteurs de la filière sont alors soumis à réguler le profil d’éclairage des lampadaires.

En tant que membre du Syndicat de l’Eclairage, Fonroche Lighting a suivi l’élaboration de cet arrêté en anticipant depuis plusieurs mois la mise en conformité de ses lampadaires solaires. Soucieux de la préservation de l’environnement, les lampadaires à énergie verte bénéficie d’un programme d’éclairage adapté qui prend en compte la protection de la faune et de la flore.

Vous souhaitez en savoir plus sur cet arrêté ? Découvrez l’explication rédigée par le Syndicat de l’éclairage.